Nous sommes une Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne à Châteauroux dans l’Indre (36).

Nos objectifs :

  • 09_sept_29_09Promouvoir des circuits locaux de distribution directe entre les producteurs et les consommateurs ;
  • Permettre une juste rémunération des producteurs (par la planification des productions, l’absence de « marge arrière »,…) et un prix d’achat raisonnable de produits bio locaux (par le regroupement des commandes, la bonne volonté des adhérents de l’AMAP,…) ;
  • Développer des réseaux d’entraide solidaire sur le territoire de l’Indre.

Concrètement :09_sept_28_07

Nous proposons un panier hebdomadaire de légumes et fruits issus de l’Agriculture Biologique distribué sur le marché place Voltaire à Châteauroux le samedi matin. Les produits sont cultivés par Joseph Morin, maraîcher à La Renaudière sur la commune d’Écueillé.

Petit historique des AMAP :

06_juin_17_01Le concept a émergé dans les années 60 au Japon. À l’époque, des mères de familles japonaises s’inquiètent de voir l’agriculture s’industrialiser avec un recours massif aux produits chimiques (en 1957 les premières victimes de Minamata, empoisonnées au mercure, sont déclarées). Ces mères fondent alors en 1965 les premiers Teikei (« partenariat »). Le principe de fonctionnement est le suivant : en échange de l’achat par souscription de la récolte du paysan, ce dernier s’engage à fournir des aliments cultivés sans produits chimiques.

À la même époque en Suisse, des fermes communautaires nommées food guilds (ou association alimentaire) développent leur propre partenariat avec les consommateurs locaux en leur fournissant chaque semaine des produits frais (légumes, lait, œufs, et fromages).

Aux États-Unis en 1985, un fermier de retour de Suisse après avoir étudié les food guilds rencontre alors Robyn Van Hen, une agricultrice bio du Massachusetts. Avec l’aide d’autres producteurs et de consommateurs, ils fondent la première Community Supported Agriculture à la ferme Indian Line de Robyn. Le concept se répand ensuite rapidement par bouche-à-oreille dans tous les États-Unis, puis gagne le Canada (ASC).

Le principe d’une distribution hebdomadaire de légumes à des réseaux d’adhérents-consommateurs a été introduit en France par les Jardins de Cocagne aux débuts des années 1990 (chantiers d’insertion de personnes en difficulté par le maraîchage biologique). Le concept est un système économique à part entière pour le paysan, et autonome, c’est pourquoi les agriculteurs fondateurs l’ont nommé AMAP.

En 2000, on recensait des systèmes AMAP dans de nombreux pays : plus de 1000 en Amérique du Nord, 100 au Royaume-Uni, et aussi en Australie, Danemark, Pays-Bas, Allemagne, Hongrie, Ghana, Nouvelle-Zélande,… Au Japon, un foyer sur quatre participe à un Teikei (16 millions de personnes en 1993). Aux États-Unis, 1500 sont en fonctionnement en 2003.